GOOD MANNERS

de Juliana Rojas et Marco Dutra
Titre Original : As Boas Maneiras
2017 | 135 min. | couleur | fiction | DCP | Sous-titré en anglais

SEANCES ET HORAIRES:

Mardi 23 octobre 21h00

Clara, une infirmière solitaire de la banlieue de São Paulo, est engagée par la riche et mystérieuse Ana comme nounou de son enfant à naître. Alors que les deux femmes se rapprochent petit à petit, la future mère est prise de crises de somnambulisme…

Acteurs principaux : Isabél Zuaa, Marjorie Estiano, Miguel Lobo, Cida Moreira, Felipe Kenji et Andrea Marquee

FICHE TECHNIQUE
– Scénario : Juliana Rojas et Marco Dutra
– Montage : Caetano Gotardo
– Direction de la photographie : Rui Poças
– Bande originale : Guilheme Garbato, Gustavo Garbato
– Son : Gabriela Cunha et Bernado Uzeda
– Production : Maria Ionescu, Sara Silveira, Clément Duboin et Frédéric Corvez

PHOTOS

PRIX
– Prix spécial du jury international au Festival du Film de Locarno 2017
– Prix du public à L’Étrange Festival 2017
– Mention Spéciale du jury au Festival de Biarritz 2017
– Prix du meilleur film fantastique de la Fédération européenne des festivals du film fantastique 2017
– Prix du meilleur film / Meilleure actrice / Meilleure photographie pour / Prix Fipresci / Prix – Felix du meilleur film LGBT au Festival de Rio de Janeiro 2017

CRITIQUES PRESSE

Le Monde, par Jacques Mandelbaum
Un film merveilleux donc, inextricablement sauvage et tendre, tel qu’il ne pouvait naître, peut-être, qu’au Brésil.

Le Nouvel Observateur, par Nicolas Schaller
La bonne manière d’apprécier ce film sur l’instinct maternel étant d’en savoir le moins possible, on se garderait bien d’en écrire davantage. Sa magie évoque celle des contes de fées.

Libération, par Didier Péron
(…) une constante incitation à réviser ses attentes et à s’échapper du sens commun.

Télérama, par Frédéric Strauss
Comment apprendre à affronter la vie : ce beau sujet, Juliana Rojas et Marco Dutra l’abordent intensément dans ce film inventif, audacieux et, heureusement, jamais sage.

Cahiers du Cinéma, par Joachim Lepastier
Les Bonnes Manières a l’élégance de bâtir une tentative d’utopie affective et éducative, certes chahutée, mais dont le souvenir et les énigmes persistent longtemps après la retombée de ses propres frayeurs.